CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

mardi, 12 mars 2019 12:57

Références bibliographiques février 2019

Écrit par 

ARTICLES FRANCOPHONES

 

BRIGANT Florence

La prise en charge des délinquants sexuels en milieu fermé.

Archives de politique criminelle, n° 34, septembre 2012, pp. 135-153

En milieu fermé, les AICS représentent une catégorie de personnes détenues particulièrement exposée à la stigmatisation. Les relations sont souvent fragiles, sensibles, voire périlleuses. A tel point qu’ils se caractérisent par un comportement singulier. S’il apparaît très souvent protecteur, parfois salvateur, il peut cependant se révéler également dangereusement désocialisant (moindre participation aux activités de l’établissement, refus des douches communes, choix du quartier d’isolement ou du régime dit « portes fermées », etc.). Les personnels sont sensibilisés à leur prise en charge, notamment pour déceler de tels comportements à risque. Une vigilance particulière, matérialisée en particulier par un parcours pénitentiaire et une prise en charge médicale adaptés, doit donc leur être accordée.

COURTOIS Robert, BERTSCH Ingrid, MOZAS Emmanuel

Réinsertion des auteurs d'infractions à caractère sexuel : réflexion et échanges avec un responsable d'une communauté d'Emmaüs en région Centre-Val de Loire.

International Journal of Risk and Recovery, Vol.1, N° 3, 28/12/2018, pp. 30-33

Les personnes accueillies dans une communauté d'Emmaüs représentent une population très diverse au sein de laquelle il peut y avoir des auteurs d’infractions à caractère sexuel (AICS). Ces communautés offrent théoriquement à toutes personnes, y compris celles qui ont des antécédents judiciaires, la possibilité de les rejoindre pourvu qu'en échange, elles puissent travailler pour faire vivre la collectivité. Cet article propose d'aborder cette question à travers trois vignettes brèves.

ESTANO Nicolas

Pourquoi une consultation spécifique pour auteurs d’infractions à caractère sexuel : regard sur six années à l’Unité de Psychiatrie et Psychologie légales de Ville-Evrard

Annales Médico-Psychologiques 176, 2018, pp. 723-731

Cette étude consistera en une analyse rétrospective des patients ayant franchi le seuil de la consultation spécialisée de l’Unité de Psychiatrie et de Psychologie Légale (UPPL) de l’Établissement Public de Santé de Ville-Evrard entre le 1er janvier 2010 et le 30 septembre 2016. Basée sur 241 patients, pour la plupart des Personnes Placées Sous Main de Justice (PPSMJ), elle tentera de dégager des caractéristiques sociodémographiques, psychopathologiques, et émettra des observations relatives aux prises en charge dans le cadre de Soins Pénalement Ordonnés (SPO) et la durée de ceux-ci

Méthodologie :

Pour la réalisation de cette étude, nous nous sommes appuyés sur un recueil des données contenues dans les dossiers des patients, sur une lecture des ordonnances de jugements et de rapports d’expertises fournis, les entretiens d’évaluations et suivis menés. Les données ainsi recueillies furent ensuite comparées avec les données nationales retrouvées dans la base de données Nationale du Casier Judiciaire pour l’année 2014, ainsi que les éléments contenus dans le rapport de l’Office National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) pour l’année 2015, mais également sur une recherche bibliographique dans les bases de données PubMed, MedLine, Science Direct, CAIRN, en ciblant les termes « soins pénalement ordonnés », « la prise en charge des auteurs d’infractions à caractère sexuel », « risque de dangerosité »…

  1. Objectifs :

Cette étude visera à déterminer quelles sont les caractéristiques des consultants de l’UPPL de Ville-Evrard, quels sont les éléments spécifiques qui ressortent au plan local en comparaison avec les données recueillies au niveau national ? Quels sont les types de sanctions le plus fréquemment prononcées, leur durée, et quelles sont les PEC possibles dans ces délais parfois réduits ?

POULETTE Maïlis,  POTARD Catherine, COURTOIS Robert, ALLAIN Philippe

Déterminants neuropsychologiques de l'infraction à caractère sexuel : un dsyfonctionnement frontal ?

Canadian Journal of Behavioural Science, Vol.50, N° 3, 23/10/2018, pp. 156-171

Les auteurs de violences sexuelles constituent une population hétérogène aux profils neurospychologiques variés. Cette revue de littérature pointe chez eux l’existence d’un déficit d’inhibition cognitive ainsi qu’un déficit en cognition sociale (empathie, théorie de l’esprit et reconnaissance des émotions). Ces déficits paraissent néanmoins peu spécifiques de ce type d’agression. Ils doivent faire l’objet d’études complémentaires pour qu’on puisse mieux comprendre le fonctionnement neuropsychologique des auteurs de violences sexuelles.

MOLTRECHT Brigitte, AYMERIC Sandra., SAUTIERE Eglantine, KOENIG Dominique, ARNAULT Emilie, RUSCH Emmanuel, COURTOIS Robert

Climat incestuel : proposition d’objectivation des critères de définition à partir de jeunes orientés en institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP)

Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'adolescence, In Press (Online First), 8 p.

Introduction : Les instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP) accueillent des jeunes présentant des troubles du comportement. Nous nous sommes intéressés aux antécédents de maltraitance sexuelle chez ces jeunes, dont le climat incestuel. Notre objectif était de mieux définir le climat incestuel et les caractéristiques associées.

Méthode : L’échantillon était constitué des 202 jeunes accueillis en ITEP en Indre-et-Loire (région Centre-Val de Loire). Les 12 éléments évocateurs d’un climat incestuel ont été définis à partir du concept d’incestuel de Racamier et après des réunions préparatoires de consensus avec des pédopsychiatres et médecins de l’éducation nationale. Le questionnaire global explorait 4 autres registres de la vie des jeunes : maltraitances suspectées et/ou établies ; symptômes cliniques faisant suspecter la maltraitance sexuelle ; facteurs environnementaux ; mesures éducatives. La cotation des données recueillies a été réalisée par une équipe pluri-professionnelle de l’ITEP.

Résultats : La prévalence de la maltraitance sexuelle avérée était de 5,94 % (n = 12) et la suspicion de maltraitance sexuelle 16,49 % (n = 32) ; 49,01 % (n = 99) des jeunes des ITEP présentaient au moins un des critères de climat incestuel, 33,17 % (n = 67) au moins 2 critères. On retrouvait chez ces derniers plus de maltraitance sexuelle avérée ou suspectée. Ils présentaient plus souvent des troubles du sommeil, de l’humeur, des antécédents de tentatives de suicide, un rapport inadapté à la sexualité.

Conclusion : Le climat incestuel fait partie des maltraitances sexuelles et cette étude permet d’objectiver des critères permettant de le définir. Ce travail exploratoire nécessitera d’être confirmé par d’autres études, mais il est essentiel dans la mesure où il permet d’appréhender les jeunes avec troubles du comportement et souffrance non verbalisée. [Résumé d'éditeur]

MOUCHET-MAGES Sabine, PLANCADE Olivier

Traumatisme infantile et adversités dans l’enfance chez les auteurs d’agressions sexuelles

Rhizome, Vol. 2018/3, N° 69-70 (Soigner le traumatisme ?), janvier 2019, pp.13-14

De nombreux travaux ont montré une prévalence augmentée de traumatismes infantiles chez les agresseurs sexuels, suggérant l’existence d’un lien entre victimisation dans l’enfance et passage à l’acte à l’âge adulte. Il existe un risque majoré pour les hommes agresseurs sexuels d’avoir été victimes d’abus sexuels, physiques, de violences verbales et de négligence émotionnelle.

SALMONA Muriel

Les traumas des enfants victimes de violences : un problème de santé publique majeur

Rhizome, Vol. 2018/3, N° 69-70 (Soigner le traumatisme ?), janvier 2019, pp.4-6

Les enfants sont nombreux à être victimes de violences, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles. Toutefois, le déni, la loi du silence, la méconnaissance de la gravité de l’impact à long terme de ces violences sur leur santé mentale et physique font qu’ils restent le plus souvent abandonnés, sans protection, ni soins, ni accès à la justice. Ils doivent survivre seuls face aux violences et aux traumas qu’elles engendrent.

DOSSIER

Harcèlement sexuel

L’ANDRH (l’Association Nationale des Directeurs de Ressources Humaines) publie un livre blanc pour prévenir le harcèlement sexuel au travail :

Prévenir le harcèlement sexuel – Repères pour les RH

ANDRH - 2019, 26 p.

www.wk-rh.fr

L’année 2017 a représenté un tournant dans le traitement des violences sexistes et sexuelles.1 femme sur 5 déclare avoir été victime de harcèlement sexuel au travail, selon le Défenseur des Droits. Si les femmes osent aujourd’hui dénoncer les violences dont elles sont victimes elles doivent aussi avoir l’assurance que leur parole sera prise en compte et qu’elles seront prises en charge. Les personnels des ressources humaines sont des interlocuteurs privilégiés et bien souvent les premiers interlocuteurs des victimes.

Psychiatrie

Oser la relation en psychiatrie ! (dossier)

Santé mentale, janvier 2019, n° 234, pp. 19-79

Si en psychiatrie, les soignants affirment souvent que la relation constitue leur cœur de métier, elle ne va pourtant pas de soi et relève d’une certaine audace. Qu’est-ce qui « fait rencontre ? Peut-on soigner sans engager une part de soi-même ? Comment rester en relation avec ceux qui attaquent le lien à l’autre ? Comment moduler sa présence en fonction de l’évolution des troubles ? L’organisation des soins peut-elle favoriser une juste présence soignante et de quelle façon ?

Traumatisme

Soigner le traumatisme ? (dossier)

Rhizome, décembre 2018, 69-70, pp. 1-40

Violences, attentats, catastrophes, tortures, viols maltraitances… Ces évènements peuvent avoir des conséquences psychiques graves sur le plus long terme. D’une part, l’appréhension du traumatisme paraît être à l’articulation entre un évènement et/ou un contexte social et une « empreinte » psychique. D’autre part, il existe une prévalence des psychotraumatismes plus élevée pour les personnes ayant l’expérience de la précarité et/ou de la migration. Dans une perspective clinique que recouvre le « traumatisme ». La terminologie s’inscrit aujourd’hui dans le langage commun, suscitant de fortes attentes pour que les dispositifs de santé mentale prennent en charge les personnes exposées à des évènements traumatiques.

Troubles anxieux

De l’anxiété aux troubles anxieux (dossier)

Santé mentale, décembre 2018, n° 233, pp. 23-79

On distingue les troubles anxieux de l’anxiété normale par la présence de plusieurs symptômes physiques et psychologiques intenses et durables, qui entraînenent des perturbations comportementales. Le soignant doit reconnaître les différentes expressions de ces troubles, y répondre par une écoute active et orienter le patient vers une prise en charge adaptée. Parmi les diverses approches thérapeutiques, les TCC et les médicaments sont suggérés en première intention. Reste à s’interroger sur l’expansion actuelle de ces troubles, en lien avec la tendance croissante à la médicalisation de nos émotions.

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

Références parues dans le bulletin hebdomadaire du Réseau documentaire de la Fédération Française des CRIAVS du 28 janvier au 1er février 2019

Tightening sanctions for physician sexual misconduct

OWENS Brian [Article] Canadian Medical Association Journal (CMAJ), Vol.190 - N°47, 26 Nov 2018. pp. E1398-E1399 Disponible sur : https://doi.org/10.1503/cmaj.109-5687

Therapist Awareness and Responsibility in Working With Sexual Offenders

MOULDEN Heather M.; FIRESTONE Philip [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment Vol.22 - N°4, December 2010. pp. 374-386

Reconstructing the Risk–Need–Responsivity model: A theoretical elaboration and evaluation

WARD Tony ; MELSER Joseph ; YATES Pamela M. [Article] Aggression and Violent Behavior . Vol.12 - N°2, March–April 2007. pp. 208-228

Responsivity Issues in the Treatment of Sexual Offenders

LOOMAN Jan ; DICKIE Ida ; ABRACEN Jeffrey [Article] Trauma, Violence, & Abuse, Vol.6 - N°4, October 2005. pp. 330-353

No Easy Answers: Ethical Challenges Working with Sex Offenders

GRADY Melissa D. ; STROM-GOTTFRIED Kimberly [Article] Clinical Social Work Journal ? Vol.39 - N°1, March 2011. pp. 18-27

Références parues dans le bulletin hebdomadaire du Réseau documentaire de la Fédération Française des CRIAVS du 2 février du 8 février 2019

Family Violence and Juvenile Sex Offending The Potential Mediating Role of Psychopathic Traits and Negative Attitudes Toward Women

CAPUTO Alicia A. ; FRICK Paul ; BRODSKY Stanley L. [Article] Criminal Justice and Behavior . Vol.26 - N°3, September 1999. pp. 338-356

Effectiveness of Pretrial Community-Based Diversion in Reducing Reoffending by Adult Intrafamilial Child Sex Offenders

BUTLER Louise ; GOODMAN-DELAHUNTY Jane ; LULHAM Rohan [Article] Criminal Justice and Behavior . Vol.39 - N°4 (Special Issue: Diversion from Standard Prosecution), April 2012. pp. 493-513

Assessment of psychiatric disorders among sex offenders: Prevalence and associations with criminal history: Assessment of psychiatric disorders

CHEN Yung Y. ; CHEN Chiao-Yun ; HUNG Daisy L. [Article] Criminal Behaviour and Mental Health, Vol.26 - N°1, February 2016. pp. 30-37

Between convict and ward: the experiences of people living with offenders subject to electronic monitoring

VANHAELEMEESCH Delphine ; VANDER BEKEN Tom [Article] Crime, Law and Social Change . Vol.62 - N°4 (Electronic Monitoring: International and Comparative Perspectives), November 2014. pp. 389-415

The electronic monitoring of offenders: penal moderation or penal excess?

JONES Richard [Article] Crime, Law and Social Change, Vol.62 - N°4 (Electronic Monitoring: International and Comparative Perspectives), November 2014. pp. 475-488

 

Lu 268 fois